Une nouvelle étude révèle qu’un nouveau médicament révolutionnaire contre l’obésité peut réduire le risque de diabète de plus de 50%.

Selon une nouvelle étude présentée lors de la réunion annuelle de l’Association européenne pour l’étude du diabète (EASD) à Stockholm, en Suède (19-23 septembre), le diabète de type 2 a été réduit de plus de la moitié lorsque les patients ont reçu des injections hebdomadaires du nouveau médicament contre l’obésité, le semaglutide.

Le semaglutide a été approuvé aux États-Unis et en Angleterre principalement pour traiter l’obésité.

Une nouvelle étude révèle qu'un nouveau médicament révolutionnaire contre l'obésité peut réduire le risque de diabète de plus de 50%.

Le sémaglutide semble être le médicament le plus efficace à ce jour pour traiter l’obésité et commence à combler l’écart avec la quantité de perte de poids après une chirurgie bariatrique. Son autorisation repose sur les résultats d’essais cliniques montrant qu’il réduit le poids de plus de 15 % en moyenne, lorsqu’il est utilisé avec un programme de vie saine. Cette perte de poids est suffisante pour traiter ou prévenir un large éventail de complications liées à l’obésité qui nuisent à la santé et à la qualité de vie, et change la donne en matière de médecine de l’obésité.

déclare le Dr W. Timothy Garvey, du département des sciences de la nutrition de l’université d’Alabama à Birmingham, Birmingham, AL, USA, qui a dirigé les recherches.

L’obésité multiplie par six le risque de DT2 et le Dr Garvey voulait savoir si le semaglutide pouvait réduire ce risque chez les personnes obèses au fil du temps.

Pour en savoir plus, ils ont procédé à une nouvelle analyse des données de deux essais du semaglutide.

Une nouvelle étude révèle qu'un nouveau médicament révolutionnaire contre l'obésité peut réduire le risque de diabète de plus de 50%.

L’étude a porté sur 1 961 participants chez qui on avait diagnostiqué une obésité ou un surpoids. Ces sujets ont été choisis au hasard et ont reçu un traitement comprenant soit des doses de 2,4 mg de semaglutide (un médicament antidiabétique injectable), soit un placebo par semaine pendant 68 semaines.

L’expérience a porté sur 803 participants souffrant de surpoids ou d’obésité. Ils ont tous reçu des injections hebdomadaires de 2,4 mg de semaglutide pendant 20 semaines, avant de poursuivre le traitement par semaglutide ou de passer au placebo pendant 48 semaines supplémentaires.

Les participants aux deux essais ont reçu des conseils sur le régime alimentaire et l’exercice physique.

Une nouvelle étude montre que la stadification des maladies cardiométaboliques (CDMS) permet de prédire le risque de développer un diabète de type 2 dans les 10 prochaines années.

La CMDS est une mesure très précise du risque de DT2 et elle utilise une formule qui tient compte du sexe, de l’âge et d’autres éléments comme la race, l’IMC et la pression artérielle. Il utilise également des informations sur votre glycémie, votre cholestérol HDL et vos triglycérides.

Une nouvelle étude révèle qu'un nouveau médicament révolutionnaire contre l'obésité peut réduire le risque de diabète de plus de 50%.

L’essai STEP-1 a montré que le semaglutide réduisait le risque de diabète de 61 % sur 10 ans. Ceux qui ont reçu le placebo n’ont eu qu’une réduction de 13 % de leur score de risque. Le risque de complications ou d’événements cardiovasculaires comme l’insuffisance cardiaque s’est produit 17 % moins souvent chez les patients qui ont pris du semaglutide que chez ceux qui ont pris le placebo.

L’un des aspects les plus importants du semaglutide est qu’il a un effet similaire à celui des personnes dont la glycémie est encore meilleure. Tous les participants à l’essai avaient un pré-diabète, mais après le traitement par le semaglutide, ceux qui avaient une “meilleure” glycémie n’étaient pas plus mal lotis.

Après 20 semaines, le score de risque des participants à l’étude STEP 4 a diminué le plus significativement. Chez les personnes qui ont continué à recevoir le semaglutide, leur score de risque a diminué à 7,7 %. Cependant, on ne sait pas comment ces résultats se traduiront pour des personnes ayant des antécédents médicaux différents.

Cela indique qu’un traitement soutenu par le semaglutide est nécessaire pour maintenir la réduction du risque de DT2.

Le Dr Garvey déclare : “Le semaglutide réduit le risque de développer un diabète de plus de 60% chez les patients obèses. Cela est vrai, que ces derniers aient ou non un prédiabète ou une glycémie normale. Un traitement soutenu et continu est nécessaire pour maintenir le bénéfice. Compte tenu de la tendance des cas d’obésité, de diabète et de syndrome métabolique, le semaglutide peut être utilisé pour réduire leur incidence.”

Laisser un commentaire